La galaxie melty
Edition Canada (Français)
77418 jeunes en ligne

Adele soutient Kesha, Dr. Luke nie l'avoir violée en s'exprimant sur Twitter

Adèle a profité de son discours des Brit Awards pour soutenir publiquement Kesha.
Ecrit par

Cest un sujet américain aussi sensible que le Ghomeshi canadien. L’affaire Kesha fait rager Adele alors que l’abuseur présumé parle de sa “petite soeur”.

Il y a près d’une semaine, un jugement américain empêchait la chanteuse pop de Your Love is My Drug de rompre son contrat avec Sony sur la base d’un abus potentiel de la part du producteur Dr. Luke, que Kesha accuse de l’aurait droguée puis agressée. Le torrent de réactions qui allait suivre emporterait plusieurs de ses collègues comme la Canadienne Alessia Cara ainsi que les Américaines Lady Gaga, Taylor Swift et Kelly Clarkson. Hier soir, aux Brit Awards, la Britannique Adele remportait le prix de Meilleure artiste féminine solo en disant vouloir “soutenir Kesha publiquement”. Dans de tels cas aux multiples implications légales, il est difficile de savoir si l’accusé profitera de sa notoriété pour riposter publiquement, sachant que chaque parole est scrutée. Mais la présomption d’innocence n’empêche pas le public d’être suspicieux et outré. C’est donc de la bouche de son avocate que Lukasz Gottwald s’est d’abord exprimé.

Ce sont de “purs mensonges avancés pour forcer une renégociation de contrat (...) Kesha et ses conseillers ont cavalièrement soumis Dr. Luke et sa famille à un procès sur Twitter, recourant à une vicieuse campagne de diffamation.” Encore une fois, le débat fait rage dans une accusation d’agression. Comme Gottwald, certains journalistes ont ressorti l’ancien témoignage de Kesha niant le viol - chose pourtant courante chez plusieurs victimes auto-confinées au silence. Dr. Luke rappelait ensuite sur Twitter que la justice ne se fait pas sur les réseaux sociaux. C’est vrai, mais difficile de convaincre que Kesha eût pu traîner l’homme dans cette épaisse boue pour relancer sa propre carrière sans se salir. “Je n’ai pas violé Kesha et je n’ai jamais eu de sexe avec elle”, renchérit Gottwald. Mais quel est le “sexe” dont il parle? Il ajoute : “Elle était comme ma soeur.” Comme dans Making a Murderer, la justice américaine ne semble pas avoir convaincu le public d'être juste. Croyez-vous en la version de Dr. Luke?

Source : The Guardian - Crédit : DR
Les sites du réseau meltygroup






















© 2016 meltygroupNous contacterNous suivreAnnoncerInfos légales